Projet de création à partir des deux textes de Françoise du Chaxel
Création saison 18-19

Tout public et scolaires à partir de la quatrième
Spectacle conçu pour les théâtres et les lieux non équipés

 

Septembre 1939, dès la déclaration de guerre à l’Allemagne, des milliers d’Alsaciens sont évacués vers le Sud-Ouest de la France, principalement vers un petit département rural, la Dordogne.
Ce matin, la neige, de Françoise du Chaxel raconte cette partie de notre histoire au travers de deux récits de fiction qui se font écho :

Le récit d’Anna qui a seize ans lorsque commence la guerre. Avec son père et sa mère, elle est hébergée par une famille de fermiers périgourdins. Elle devient peu à peu une femme. Elle rencontre Pedro, jeune républicain espagnol engagé dans le maquis tout proche.
Le récit de Thomas, le fils des fermiers, secrètement amoureux d’Anna. Il s’engagera dans la résistance et accueillera la jeune femme au sortir de la guerre. L’histoire d’Anna nous éclaire sur ce que peut être l’exil et la manière dont il est vécu. À travers l’histoire de Thomas, on découvre ce que peut signifier l’accueil, le soutien, la place que l’on fait à l’autre, pour que la vie puisse reprendre son cours.

En 2012, j’ai interprété une version réduite au monologue d’Anna, du texte de Françoise du Chaxel Ce matin, la neige. J’avais été touchée par le fait que, bien que se situant pendant la seconde Guerre Mondiale, en Alsace et en Dordogne, il rendait compte de façon intemporelle et universelle de la guerre, de la fuite, de l’exil.
Entre-temps, l’actualité s’est imposée à moi, à nous, au travers de ceux que nous nommons les “migrants”, des humains, réfugiés, ballottés, refusés, refoulés. 

Comment, en tant que citoyenne ne pas me sentir concernée par ces histoires ? 

Et comment, en tant que femme de théâtre, parler aujourd’hui de leurs errances, de leurs exils, de leurs joies, de leurs épreuves ?

Je souhaite mêler cette mémoire très spécifique - ces Français-Alsaciens, devenus étrangers dans leur propre pays, en raison de leur origine géographique, de leur langue, de leur culture et de la guerre – avec des parcours de vie d’aujourd’hui.

J’ai donc proposé à Françoise du Chaxel, d’imaginer un spectacle qui mettrait en relation le texte initial et des paroles plus actuelles. Elle m’a proposé des textes issus de paroles recueillies et réécrites à partir de récits de personnes migrantes et réfugiées rencontrées dans un centre d’hébergement en Dordogne.

Delphine Crubézy
metteuse en scène 

Par ce projet, la Cie Actémo Théâtre retrouve des écritures « de l’intime », de celles qui cultivent une certaine ambiguïté entre le réel et la fiction – tel le spectacle Alice pour le moment de Sylvain Levey crée en 2013 et qui, au travers d’un moment de la vie d’Alice, enfant de réfugiés Chiliens, nous parle de l’exil, de l’autre, de l’identité.
La Cie poursuit ainsi une exploration des écritures contemporaines propres à éveiller nos consciences. Des textes de théâtre qui se font l’écho d’une humanité fragile mais si proche de nous.

Elle retrouve aussi - en plus des salles de théâtre qui accueilleront le spectacle - le chemin de salles peu ou pas équipées dans lesquels elle aime à se produire : salles polyvalentes, foyers ruraux, médiathèques…
Un spectacle conçu dans un esprit « nomade » et mobile : pouvoir jouer partout (ou presque) et rencontrer d’autres publics que ceux qui fréquentent les théâtres.
Et parce que ces rencontres se préparent, la Cie propose, dans le sillage de la création, la mise en place d’actions artistiques qui pourront, précéder ou suivre les représentations.

 

 

 

Le texte Ce matin, la neige est publié aux Éditions Théâtrales et a obtenu le Prix Collidram 2012 (prix de Littérature dramatique des collégiens)

Pour aller plus loin : 
Françoise du Chaxel sur théâtre-contemporain.net
Interview de Françoise du Chaxel à propos de son texte 

 

Avec Marie Seux et Patrice Verdeil
Mise en scène : Delphine Crubézy
Assistante à la mise en scène : Sabine Lemler
Scénographie : Fabienne Delude
Construction et régie : Emmanuelle Zanfonato
Création sonore : Pascal Grussner